Collection
Raisons d'agir
Hervé Do Alto et Pablo Stefanoni

Nous serons des millions

Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie

Description

Avant d’être exécuté pour avoir mené l’insurrection indienne de 1780-1781 dans le Haut-Pérou, dont le future Bolivie est une des composantes, Tupac Katari annonce : « Je reviendrai et nous serons des millions ». Plus de deux siècles plus tard, en décembre 2005, le peuple bolivien élit Evo Morales à la présidence de la République. Le candidat du Mouvement vers le Socialisme (MAS) devient le premier dirigeant indigène d’un pays où les fractures ethniques redoublent les divisions de classe. Son programme qui ambitionne de rompre simultanément avec l’héritage colonial et le néolibéralisme, traduit sur le plan électoral les conquêtes des mouvements sociaux. La mobilisation contre les multinationales de l’eau en avril 2000, puis la « guerre du gaz » de 2003 en faveur de la nationalisation des hydrocarbures, sont les épisodes les plus marquants d’une résistance multiforme, qui a fait converger organisations rurales et syndicats urbains, processus identitaires et revendications économiques, nationalisme révolutionnaire et indianisme. Convaincus qu’on ne change pas le monde sans prendre le pouvoir, paysans et ouvriers, métis et indigènes, ont transformé leur attelage hétéroclite en une force politique capable de diriger le pays. Faut il pour autant y voir le modèle d’une recomposition de la gauche ?

L'avis des lecteurs

A propos de l'auteur

Hervé Do Alto est chercheur en sciences politiques ; il vit en Bolivie.

Pablo Stefanoni est journaliste. H18

Agrandir la couverture
En librairie
ISBN : 978-2-912107-39-8
Parution : 1 janvier 2008
128 pages • 6 €
Sur le Web
Sur Amazon • 6 €