Qui sommes nous ?

Qui sommes nous ?

Les Éditions Raisons d’Agir présentent l’état de la recherche sur des problèmes politiques et sociaux d’actualité. Conçus et réalisés par des chercheurs en sciences sociales, sociologues, historiens, économistes, tous animés par la volonté militante de fournir des éléments de réflexion nécessaires à l’action politique dans une démocratie, ces petits ouvrages denses et bien documentés devraient constituer peu à peu une sorte d’encyclopédie populaire internationale.

L’époque n’est sans doute pas drôle, mais il y a peut-être encore un peu de place  pour que la vraie sociologie se moque de la sociologie, et que l’édition militante se moque des règles qui régissent la grande (voire la petite) édition commerciale. Il faudrait coller aux attentes du moment : l’anti-intellectualisme du « public » ne commanderait donc plus que des essais, et surtout pas des livres d’enquêtes, aux logiques d’argumentation roboratives ; l’impératif d’actualité demanderait de se focaliser sur les problèmes du moment, 100% événementiels, 100% français et, parfois, étasuniens (à l’exception, il est vrai, des biographies historiques de la période de Noël et des grandes fresques d’histoire de l’Humanité, de la Terre et de l’Environnement lancées à grands frais de spots publicitaires).

Les Éditions Raisons d’agir ont décidé de continuer de se moquer de l’édition actuelle, comme elles l’ont fait depuis les années 1990, suivies en cela par une pléiade d’autres maisons militantes. Au risque facile de jouer l’artisanat will there be a cure for herpes in the future contre la professionnalisation marchande du métier, elles ne se prétendent pas meilleures, mais différentes : publier de jeunes auteurs sans nom, des travaux de thèse, des enquêtes rigoureuses et novatrices, des textes engagés tout en étant scientifiquement fondés. Elles ont pour vocation d’incarner, à leur manière dans le contexte contemporain de connivences médiatiques, un « salon des refusés », dont on sait l’importance qu’il a eu dans la formation d’un univers artistique autonome il n’y a pas si longtemps. A partir de critères de choix indissociablement scientifiques et politiques, elles prétendent contribuer à la renaissance d’un champ intellectuel animé avant tout par la lutte pour l’émancipation collective.